Les antiseptiques

      I- Définitions

L’Antiseptie est une opération au résultat momentané, permettant au niveau des tissus vivants, et dans la limite de leur tolérance, d’éliminer ou de tuer tous les micro-organismes et / ou d’inactiver les virus présents. Le terme d’antiseptie est réservé au traitement d’une infection constituée, on parle d’antiseptie de la plaie.

La Désinfection est une opération au résultat momentané permettant, dans des milieux inertes contaminés, d’éliminer ou de tuer tous les micro-organismes et / ou d’inactiver les virus indésirables présents. Elle désigne plutôt une opération destinée à prévenir l’infection. On parle ainsi de désinfection de la peau saine ou des mains.

      II- Conseils généraux à l’utilisation des antiseptiques :

Ne jamais mélanger ou employer successivement 2 antiseptiques différents. Utiliser un savon antiseptique et un antiseptique de la même famille.

Surveiller la tolérance locale

Ne pas rincer l’antiseptique (sauf en pédiatrie ou en irrigation de cavités)

Diluer et rincer les antiseptiques moussants avec de l’eau

Précautions +++ chez le nourrisson

Conserver les flacons à l’abri de la lumière et des sources de chaleur

Ne pas reconditionner, ne pas transvaser

Respecter les délais d’utilisation après ouverture

Manipuler proprement lors de l’ouverture et de la fermeture des flacons

Préférer l’utilisation des unidoses ou des petits conditionnements

Jeter les unidoses après chaque utilisation pour un patient

  III- Protocole général d’application :

Détersion, nettoyage à l’aide d’un savon doux. Elimination d’une partie de la flore cutanée.

Rinçage à l’eau stérile

Séchage par tamponnement avec compresses sèches pour ne pas diluer l’antiseptique à appliquer

Application de l’antiseptique compatible avec le savon utilisé précédemment.

Séchage à l’air libre, indispensable au temps d’action de l’antiseptique.

    IV- On peut distinguer 3 catégories d’antiseptiques :
           1)   Les antiseptiques majeurs : bactéricides à large spectre

- Les Biguanides : Hibitane®, Biseptine®, Chlorhexidine aqueuse®, Hibidil®, Merfène®0,05%, pour l’antiseptie des plaies superficielles et peu étendues.

Chlorhexidine alcoolique® et Septéal® : antiseptie de la peau saine avant petite chirurgie et de la peau du champ opératoire.

Hibiscrub®, Plurexid® solution moussante : lavage des mains, nettoyage de la peau lésée et des muqueuses (gynécologie)

Paroex®, Préxidine®, Collunovar® : pour les bains de bouche

Précautions d’emploi :

Neurotoxicité : pas de contact avec le cerveau, les méninges, le tympan ou le conduit auditif en cas de tympan perforé. La chorexidine est irritante pour les muqueuses.

Effets systémiques possibles (c’est-à-dire que le produit passe dans tout l’organisme) si pansement occlusif ou si applications étendues et répétées.

Rares cas d’allergie.

Délai d’utilisation après ouverture du flacon : 1 mois

- Les halogénés : dérivés iodés : Bétadine® , Poliodine® Povidone iodée®

La Bétadine® existe en :

- solution alcoolique : antiseptie de la peau saine avant petite chirurgie - solution dermique : antiseptie du champ opératoire, des plaies et brûlures superficielles, des affections de la peau susceptibles de se surinfecter

- compresses imprégnées

- gel : antiseptie des plaies ou brûlures superficielles et peu étendues

- solution moussante : lavage antiseptique et chirurgical de la peau et des mains, douche pré-opératoire

- solution gynécologique

- ovules : traitement d’appoint des affections vaginales à germes sensibles

- solution pour irrigation oculaire, chirurgie des yeux : ne doit pas être employé comme collyre, ne doit pas être injectée.

- solution pour bain de bouche : infections limitées à la cavité buccale

Précautions d’emploi

Contre-indication en cas d’hypersensibilité à l’iode, en association avec les produits mercuriels, et chez le nouveau-né ou prématuré.

Risque de dysfonctionnement thyroïdien en cas d’utilisation avant l’âge de 30 mois chez l’enfant, à utiliser avec prudence en application brève peu étendue, avec rinçage à l’eau stérile. Ne pas utiliser sur les muqueuses de l’enfant avant 5 ans, en cas de grossesse 2ème et 3ème trimestre, allaitement (risque d’hyperthyroïdie de l’enfant ou de goître néonatal), ou sur brûlé si la surface de brûlure est supérieure à 10%.

Rares chocs anaphylactiques, mais dermites de contact possibles.

Effets systémiques en cas de pansement occlusif.

Délai d’utilisation après ouverture du flacon : un mois

- Les halogénés : dérivés chlorés : Dakin®

Antiseptie de la peau et des muqueuses. Utilisation particulière en cas d’accident d’exposition au sang devant un risque de transmission du VIH et du VHC par le sang et les liquides biologiques.

Contre-indications : aucune

Sensation de brûlure sur peau lésée

Délai d’utilisation après ouverture : 15 jours

- Les alcools : alcool ethylique à 70%

Antiseptie de la peau saine avant une injection. Pansements chauds à l’alcool.

Contre-indiqué chez l’enfant de moins de 30 mois, et sur les plaies et muqueuses car irritant.

Ne pas utiliser lors de prélèvements d’alcoolémie ou pour les tests glycémiques chez le diabétique.

Délai d’utilisation après ouverture : 1 mois

- Association d’antiseptiques majeurs :

            - Cytéal

Solution moussante, réservée au lavage et traitement d’appoint en dermatologie et en gynécologie. A utiliser dans les 15 jours. Risque de passage systémique. Ne pas utiliser pour le lavage des mains.

            - Biseptine

Antiseptie de la peau saine et du champ opératoire, des plaies chirurgicales et traumatiques superficielles susceptibles de se surinfecter. Risque de passage systémique, et d’eczéma allergique. Effet nécrosant sur les muqueuses notamment génitales. Ne pas utiliser dans les cavités internes ou en contact avec le cerveau et le tympan. A utiliser avant un mois.

               2)Les antiseptiques mineurs : bactériostatiques à spectre étroit

- Les bactéricides à spectre étroit : Sterlane®, Cétavlon® : peuvent contrecarrer l’action contraceptive des spermicides en application gynécologique. En ce qui concerne le Cétavlon®, ne pas utiliser sur les muqueuses ou sous pansement occlusif. Durée de conservation du produit après ouverture : 1 à 2 semaines.

- Les carbalinides : Solubacter®, Septivon® : usage gynécologique, affections bactériennes en traitement d’appoint. Eviter le contact oculaire. Conservation 2 semaines après ouverture.

- Les diamidines : Hexomédine® affections bactériennes ou susceptibles de surinfections. Conservation 8 jours après ouverture.

- Les acides : borique (préparation) ou salicylique : Dermacide® : kératolytique, détersion de la peau et des muqueuses. Eviter le contact oculaire. Contre-indiqué chez l’enfant de moins 30 mois. Se conserve 2 semaines après ouverture.

- Les dérivés métalliques : Nitrate d’argent, sulfate de cuivre et de zinc. Antiseptie des plaies, cicatrisant et desséchant. A utiliser pour un patient unique.

                          3) Les antiseptiques à déconseiller ou considérés à tort comme antiseptiques :

- les dérivés mercuriels : Chromaplaie®, Mercryl®. Eviter le contact avec les muqueuses et les yeux, néphrotoxicité, HTA, accidents neurologiques, effets systémiques si utilisation prolongée. Ne pas associer avec les produits iodés.

- l’eau oxygénée à 10 volumes : nettoyage des plaies avant utilisation d’un antiseptique. Effet hémostatique. Eviter le contact oculaire. Durée de conservation 1 semaine après ouverture.

- les colorants : éosine : action desséchante, indiquée surtout pour l’érythème fessier du nourrisson. Pas de propriété antiseptique. Un flacon ouvert se contamine en 24 heures. Privilégier les monodoses.

- Solution de Milian : action desséchante, érythème fessier, candidoses, dermatoses suintantes, bulleuses et vésiculeuses.

                                   V- Usages

1) Mains

Lavage antiseptique et chirurgical : savon bactéricide à large spectre. Septéal® ou Bétadine® moussante. Désinfection des mains : solutions hydroalcooliques type Hibisprint®

2) Peau saine du malade

avant IM, IV ou SC : antiseptiques alcooliques sur peau saine de l’adulte, Chlorhexidine aqueuse®, Hibidil®.

Avant ponction (lombaire, pleurale, etc…) Bétadine®, Dakin®, Chlorhexidine alcoolique®, Hibitane®

Avant pose de cathéter périphérique, prise de sang… Bétadine aqueuse® ou alcoolique, chlorhexidine alcoolique®, Hibitane®, Biseptine®

Avant pose de cathéter central, péridurale, champ opératoire…Bétadine® aqueuse ou alcoolique, Chlorhexidine alcoolique®, Hibitane®

Cas de la femme enceinte : éviter les produits iodés. Ne pas désinfecter les seins en cas d’allaitement.

3) Peau lésée

Les antiseptiques sont cytotoxiques notamment pour les macrophages qui participent au nettoyage de la plaie. De plus leur action diminue en présence des matières organiques. L’antiseptique va donc retarder la cicatrisation. Il est donc préférable de choisir un antiseptique aqueux en cas d’infection. La plaie doit faire l’objet d’une surveillance accrue.

plaie propre : Bétadine® ou Hibitane®

plaie souillée : détersion à la Bétadine moussante®, puis eau stérile + Bétadine aqueuse® ou détersion avec Hibiscrub, puis eau stérile + Hibidil ou lavage au Dakin®

brûlures : en cas de contamination bactérienne, les antiseptiques semblent améliorer l’évolution de ces plaies et réduire le temps de cicatrisation. La prescription médicale est obligatoire pour le choix de l’antiseptique.

Escarres : plaie non cliniquement infectée : pas d’antiseptique. Même en cas d’infection, de plaie purulente ou malodorante, l’antiseptique est déconseillé.

4) Muqueuses

Sondage vésical : Bétadine® ou Dakin®

Gynécologie : ne pas employer d’antiseptique quotidien pour la toilette. Avant l’accouchement par voie basse : douche au savon antiseptiquePuis eau stérile sur la vulve puis antiseptique pur en badigeonnage (Bétadine® ou Dakin®)

Antiseptie buccale : application de l’antiseptique avec une compresse stérile enroulée autour d’une pince (intérieur des joues, dents et gencives, palais, langue et lèvres). Bétadine buccale® ou Paroex®, Préxidine® ou Collunovar®.

Ophtalmologie : détersion avec produits iodés, badigeonnage avec Bétadine oculaire®, rinçage au sérul physiologique séchage.

5) En cas d’accident d’exposition au sang

Nettoyer la plaie à l’eau courante et au savon. Rincer. Réaliser l’antiseptie avec une dérivé chloré (Dakin ou eau de Javel à 12° diluée au 1/10) ou de l’alcool à 70% ou Bétadine dermique® avec un temps de contact d’au moins 5 minutes.

Si projection oculaire, rincer abondamment au sérum physiologique ou à défaut à l’eau du robinet pendant au moins 5 minutes.